lundi 17 septembre 2018

Clip - Prey Drive

Voici Prey Drive avec le titre Foxes, un morceau qui sera sur le futur album Once More With Feelings à sortir sur Krod Records




Preorder (LP Vinyl)


samedi 15 septembre 2018

FLÜR – S/t




FLÜR – S/t
L’étourneur
8/10

Flür est un groupe complexe, une complexité que l’on retrouve auprès de plusieurs groupes français assez proches dans la forme mais aussi dans l’esprit d’aborder la musique. En disant ça je pense à des groupes comme Totorro, Stoned Diplodocus, Noyades ou encore Jean Jean. Le groupe caennais sait nous emporter et il le prouve rapidement avec Planteur, un titre qui ravira Mr Caribou et sa moitié. Durant 4 minutes l’atmosphère se crée à coup de mélodies alambiquées mais non moins captivantes.

Avec son subtil math-rock instrumental, Flür ne cherche pas à en mettre plein la vue mais, les changements de rythmes et d’atmosphères permettent de nous charmer avec une belle aisance. Plus rude sur Landser qui commence façon Unsane avec un son bien âpre et rugueux. La jolie et originale orthographe d’Adeqwatt cache certainement le morceau le plus rythmé et enjoué de cet album qui comporte huit morceaux pour 40 minutes d’écoute.


Un bel album bien ancré dans son style qui saura ravir les fans du genre. Flür maîtrise parfaitement sa musique et réussit à nous faire rentrer dans sa bulle, c’est ce que j’aime dans ce registre.

J. NeWSovski

Morceau préféré :            Adeqwatt                      





vendredi 14 septembre 2018

jeudi 13 septembre 2018

Clip - Elm Tree Circle

Elm Tree Circle, nos amis allemands qui ont sorti il y a quelques mois le très bon The Good Life sortent Yes It Is en vidéo.



mercredi 12 septembre 2018

NOTHING MORE – Game of Truth




NOTHING MORE – Game of Truth
Chanmax records
8/10

Il n’en reste presque plus des dinosaures dans notre scène punkrock nationale, je parle de la scène punkrockmélo dite à roulettes qui a brillé dans les années 90. Qui est encore actif ? Les Burning Heads bien sûr mais les orléanais sont increvables, Dead End qui est toujours au top sur son dernier album et puis qui ? Et bien Nothing More bien entendu, planqué dans l’ombre, un peu dans son coin mais toujours là. Le groupe n’est pas très populaire, il ne l’a jamais été mais cela ne l’empêche pas de toujours envoyer de super titres et de supers albums.

Enregistré au studio Pôle Nord par Fred Gramage, là où les Burning, Seven Hate et toute la clique enregistraient, Game Of Truth n’est finalement que le 3ème album du groupe de Maisons-Alfort. La pochette est belle et ce digipack est clinquant dommage qu’une version vinyle ne soit pas prévue.

Nothing More, sur ce nouvel album, fait donc ce qu’il sait faire de mieux et dans son registre j’aime beaucoup All And Nothing et Sensations deux morceaux très mélodiques qui pour moi sortent du lot.
Généreux, Nothing More offre pas moins de 16 titres sur cet album, avec des morceaux rapides qui me rappellent les toulousains de Greedy Guts (Shade as dark) ou encore Sleazy Arse (Two of the whole). J’aime bien Hey ! plus lent, avec de superbes lignes de basse, d'ailleurs sur tous les titres elle est énorme, il amène un esprit différent à l'album. Je trouve cependant que certains se révèlent plus difficiles d’accès notamment Insane bien barré ou that we lay down.
Sympathique aussi de retrouver une petite intro à l’ancienne avec une réplique bien sentie.

Au final c’est un bon album, curieusement je le trouve un peu long, il aurait été davantage tranchant en étant plus court. Mais Nothing More étant un groupe qui se fait rare on ne va tout de même pas cracher sur le fait qu’ils viennent de nous envoyer 16 titres d’un coup. Vive les dinosaures !!

J. NeWSovski

Morceau préféré :                                   Sensations




lundi 10 septembre 2018

Clip - CHASER

Voici Silencer de Chaser, dont l'album vient de sortir chez Dying Scene Records et Effervescence Rds

dimanche 9 septembre 2018

RISE AGAINST – The Ghost Note symphonies vol 1




RISE AGAINST The Ghost Note symphonies vol 1
Virgin Records
9/10

Rise Against tourne en rond depuis quelques années je trouve. Le groupe a clairement changé de dimension en devenant vraiment important en terme de notoriété. Ses derniers albums se ressemblent, ne laissant plus de place aux surprises, ce n’est pas forcément une mauvaise chose en soit mais au fond j’attends toujours du groupe qu’il me fasse vibrer comme ce fut le cas sur Revolutions per minute au lieu de cela il s’entête à refaire et refaire les mêmes morceaux.

Cette idée d’album acoustique ou plutôt symphonique car l’apport de violons et de cordes est important est plutôt une bonne chose, car le groupe a, un coté très mélancolique dans certains titres qui devrait être amplifié par cette nouvelle interprétation.

Et dès les premières notes je dois avouer que je suis conquis, la voix de Tim, toujours magnifique, et bien mise en valeur par l’interprétation derrière. The Violence, à l’origine sur le très fade Wolves, est ici mis en valeur et se révèle un bien meilleur morceau et c’est aussi le cas de House on fire aussi sur Wolves. Cette version permet de mettre en avant le texte et lui donner une autre dimension. Sans surprise Like The Angel se révèle un superbe morceau, la version d’origine sur Revolutions Per Minute est l’un de me morceaux préférés du groupe, cette version apporte une touche mélancolique grâce aux violons derrière et le rythme ralenti. Les versions de Miracle et Savior permettent aussi de mettre les textes en valeur, de davantage être à l’écoute, ce qui est une bonne chose et puis ils sont bien écrits.
Puis l’album se referme sur Voices Off Camera dans une version émouvante juste piano et voix. De la même façon je m’attache à l’intensité du texte ce qui m’avait échappé dans sa version d’origine sur Revolutions. Un superbe morceau.


En froid avec Rise Against depuis quelques années je dois avouer que ce premier volume de reprises symphoniques m’a totalement convaincu. Les 10 titres, au passage superbement produits par Bill Stevenson dans son Blasting Room, apportent tous une nouvelle dimension aux morceaux en accentuant l’intensité émotionnelle. Les amateurs du groupe et ceux qui aiment les versions acoustiques seront ravis.


J. NeWSovski

Morceau préféré :                                   Voices Off Camera




jeudi 6 septembre 2018

THE RUN UP – Good Friends, Bad Luck (EP)




THE RUN UP – Good Friends, Bad Luck (EP)
Uncle M Music / Real Ghost Records
4/5

The Run Up est un jeune groupe de Bristol en Angleterre, la ville de Banksy, Massive Attack et Portishead et qui joue un punkrock inspiré par des groupes de la trempe d’Hot Water Music. Le groupe a déjà sorti un album en 2017

Cet EP de 5 titres est court mais permet de se donner un avis déjà tranché sur ce groupe. Passée l’intro instrumentale je découvre sur The Upside of being down un chant avec une belle voix, les mélodies me rappellent aussi Captain, We’re sinking sans être trop rapide, le groupe anglais aime ne pas faire simple.

Ce premier EP est aussi leur moyen d’exprimer la vie d’un groupe DIY et notamment à travers le titre de l’EP qui rappelle leurs galères lors de leur dernière tournée qui, entre pannes de camion, concerts annulés, vols de roues a su mettre en avant la solidarité de la scène et créer de belles amitiés.

Captain, avec une approche différente, me rappelle Wank For Peace, le rythme est plus soutenu, le chant appuyé par des chœurs sur le refrain et une nouvelle fois des mélodies très accrocheuses, il y a dans ce morceau un esprit très collégial. J’aime bien aussi Sick Days, plus lent mais d’une belle intensité.

Et puis quand le chanteur porte un t-shirt des Quitters ça ne peut-être qu’un bon groupe ! Une fois de plus un groupe à découvrir !

J. NeWSovski





mardi 4 septembre 2018

Clip - Kaleb Stewart

Voici Ferguson de Kaleb Stewart qui est en tournée en Europe en ce mois de septembre avec notamment un passage en France :



09-09 - Oberburg (CH) @ House Show

10-09 - Geneve (CH) @ Urgence Disk 

11-09 - Chamoson (CH) @ St Andreas 

12-09 - Misinto (IT) @ Osteria Sant Andrea

13-09 - Castiglione Delle Stiviere (IT) @ Arci Dallo

14-09 - Bologne (IT) @ Fraublucher 
15-09 - Gap (05) @ Cabaret Pop’

16-09 - Lyon (69) @ Like An Elephant 

17-09 - Tours (37) @ Oxford Pub

18-09 - Le Havre (76) @ Grizzly Bar

19-09 - Lille (59) @ L’Imposture 


lundi 3 septembre 2018

SUPERMUNK – Stuck in the darkness (EP)




SUPERMUNK – Stuck in the darkness (EP)
Kicking Records / Monster Zero
4.5/5

Tout commence par une petite information sur les poissons des abysses, ceux qui produisent leur propre lumière, ces mêmes poissons qui ornaient les affiches du groupe et le premier album de Supermunk. J’avais adoré cet album le plaçant même à la première place au rang des meilleurs albums de l’année 2016.

Deux années se sont écoulées et Supermunk a décidé de remettre les couverts avec un EP de 8 titres qui s’accompagne d’une petite tournée. Pour rafraichir la mémoire de certains je me dois de rappeler que Supermunk est formé des anciens Annita Babyface & The Tasty Poneys, qui séparés de leur chanteuse ont changé de nom. On y retrouve Ben Bacon, Le Bazile aussi batteur dans Not Scientists et No Guts No Glory et Forest Pooky dont on ne pourra citer tous les groupes faute de place !

Passé donc l’intro informative Supermunk fait étalage de sa belle capacité à composer des morceaux mélodiques et accrocheurs, Play Pretend rappelle au bon souvenir de la scène californienne des années 90 quand Monsters décape les tympans et se révèle être l’un des meilleurs morceaux qu’il m’ait été donné d’écouter depuis ce début d’année. J’aime aussi beaucoup Nightmares, long morceau de 4 minutes qui arrive à nous immerger dans sa bulle, idem pour Hoo Hoo Hoo ! qui confirme juste l’énorme talent de ce trio. J’aime tout chez ce groupe : le chant, les mélodies, l’énergie… Parfait !

Je suis vraiment heureux de voir que le projet Supermunk est toujours actif et cet EP, qui bénéficie moins de l’effet de surprise du premier album se révèle tout de même un excellent moment de punkrock mélodique.


J. NeWSovski


dimanche 2 septembre 2018

video - Alkaline Trio

Demon and division est issu de Is This Thing Cursed ? qui doit sortir sur Epitaph dans quelques jours.


samedi 1 septembre 2018

Clip - Down By Law

Down By Law, l'un des groupes qui m'a fait aimer le punkrock, revient avec un nouvel album, voici en clip Rebrand it.

vendredi 31 août 2018

MXPX – S/t



MXPX – S/t
7.5/10

MxPx c’est pour moi l’un des premiers groupes que j’ai choppé grâce à Napster qui venait juste de se lancer. Chanson après chanson avec un modem 56K et une connexion sur Liberty Surf. Ça parlera peut-être à certains... Toujours est-il qu’en tant que provincial, trouver en 1995 un album du groupe de Bremerton était mission impossible à part sur le net.

Et Mxpx c’était bon, rapide avec une batterie énergique, des titres accrocheurs et de super mélodies. Du Green Day en plus speed et moins grand public.

Et maintenant 20 ans après le groupe est toujours actif et je dois avouer que cet album éponyme fait bien le boulot dans le style caractéristique du groupe. Punkrock mélodique à l’ancienne avec des chansons énergiques qui me rappellent Pennywise (the way we do, disasters) et des chansons plus lentes et plus axées sur les mélodies à la manière de Green Day (Moments like this ou Let’s ride)

J’ai appris il y a quelques années que le groupe était dans la mouvance Christian Rock, du rock chrétien en français, je n’ai pas porté plus d’attention que ça aux textes et rien ne m’a choqué non plus.

Je n’attendais pas grand-chose de cet album surtout dans cette mouvance actuelle avec tous ces come-backs de groupes des 90’s et je dois avouer que le groupe est fidèle à lui-même et sans être un grand album Mxpx est sympa à écouter. Je lui préfère bien évidemment les vieux Slowly Going the way of the buffaloes ; Life in general ou the ever passing moment plus chargés en tubes ou morceaux accrocheurs.

J. NeWSovski

Morceau préféré :                                   Friday Tonight







mardi 28 août 2018

ASTPAI – True Capacity




ASTPAI – True Capacity
Jump Start Records / Shield Recordings
8.5/10

Je crois qu’il s’agit du premier groupe autrichien que je chronique et peut-être aussi tout simplement le seul que je connaisse. Toujours est-il que je me suis fait un peu berner par la pochette qui me laissait plus entrevoir un album de rock alternatif classique qu’un groupe de punkrock adepte de mélodies à la Flatliners.

Effectivement Astpai aime les mélodies, les jouer, les faire durer d’ailleurs dès le titre d’ouverture, Rotten Bait, on perçoit le caractère du groupe. Le morceau est long, rythmé et j’apprécie cette voix éraillée qui apporte du caractère au groupe. Lottery me fait justement penser au dernier album des Flatliners avec un rythme assez lent mais qui met en avant de belles mélodies notamment sur le refrain, ce qui est aussi le cas sur Falling Trees. Le troisième morceau est celui que je préfère, il sonne certes plus pop que le reste de l’album mais j’aime les montés avant les refrains et clairement il accroche bien.
Le groupe sait aussi lâcher les chiens avec un rock bien crade, grunge sur la forme avec le titre True Capacity qui donne son nom à l’album et il me rappelle au passage leurs voisions helvètes de Hathors.
Après certains titres me touchent moins, c’est le cas de Saving Up, trop gentil à mon goût ou No Hero qui laissait entrevoir de belles choses mais ne parvient finalement pas vraiment à décoller.

Au final True Capacity est une belle surprise qui donne envie de se plonger dans la discographie du groupe déjà forte de six albums depuis 2005. Un groupe à découvrir donc pour tout fan des Flatliners , notamment leur dernier album.

J. NeWSovski

Morceau préféré :                                   Best Years





lundi 27 août 2018

Jeu de l'été - Résultats



Plusieurs personnes ont trouvé les bonnes réponses. Après un petit tirage au sort sans huissier de justice il s'agit de 

Clip - CAPITAL YOUTH

Voici Holiday In the Sun par Capital Youth dont le premier EP avait été super apprécié ici.


Festival - les Lunatiques

Le 22 septembre aura lieu près de Rennes (espace Le Goffic à Pacé) le festival Les Lunatiques qui réunit nos amis de Mars Red Sky mais aussi The Dali Thundering Concept, Eryn Non Dae, Ayahuasca, Mantra, Man'n Sin, Lord Shades, Buy Jupiter
.







dimanche 26 août 2018

tournée - Supermunk

Supermunk, dont le premier album a été élu album de l'année en 2016 (ici), vient de sortir un nouvel EP intitulé Stuck in the darkness. 

Pour l'occasion ils se font une petite tournée.


Clip - The Breeders

Voici Nervous Mary des Breeders extrait de All Nerve

samedi 25 août 2018

CONSUMED – A decade of no (EP)




CONSUMED – A decade of no (EP)
Umlaut Records
4/5

A nouveau un retour et celui-ci fera plaisir à un petit comité amateur de ce fantastique groupe de Nottingham qu’est Consumed.

Le groupe a connu son petit moment de gloire à la fin des années 90 en signant sur Fat Wreck Chords lorsque la vague punkrock était à son sommet.
J’ai toujours aimé ce groupe qui dégage une belle énergie, qui est super pêchu avec un son particulier fait de guitares aux sonorités métal, un peu à la Strung Out, et un super chanteur qui me rappelle Diesel Boy dont j’aimerais bien aussi un retour.

Ce 6 titres reprend les affaires exactement là où le groupe les avait laissées. Du punkrock mélodique dynamique façon Fat Wreck de la grande époque qui enchaîne les très bons titres comme une mitraillette, ça commence par le tube Wake Up Warning, le très bon What would Cliff Burton Do ? et ses riffs façon Metallica de la vieille époque. Et lorsque le groupe ralentit un peu c’est pour proposer un morceau superbe plein de bons riffs de guitare (Obscene like Beverly Dean).

Les anglais de Consumed n’ont rien perdu de leur style particulier et cet EP qui marque leur retour 15 ans après est un excellent moment de punkrock mélodique qui ravira tous les nostalgiques des années 90.
J. NeWSovski




vendredi 24 août 2018

Clip - STONED JESUS

On les avait croisé en première partie de Mars Red Sky il y a deux ans, voici Stoned Jesus avec Thessalia

jeudi 23 août 2018

mercredi 22 août 2018

LOVE COMPUTER – Nublar (EP)




LOVE COMPUTER – Nublar (EP)
Autoproduction
3/5

Voici le nouveau projet de Jimmy (Jetsex, Crossing The Rubicon, Maladroit…) et Alexandru, ex-chanteur de Crossing The Rubicon. Un trio chant – basse – batterie qui sent fort le rock’n’roll et le garage. La voix d’Alexandru me manquait depuis son départ de CTR, les deux albums auxquels il a participé sont pour moi juste excellents. Sa voix est toujours aussi accrocheuse et hargneuse et derrière ça envoie sévère, suffisamment tout du moins pour qu’on puisse adhérer car le fait de ne pas avoir de guitare est assez rare dans le milieu et déstabilisant quelque part, on se souvient de Belly Button mais dans un registre plus garage je ne trouve pas vraiment d’équivalent.

La formation a pour elle l’originalité, la fibre rock’n’roll et des gars qui connaissent bien le métier. Les titres sont bons, Nublar groove et en même temps envoie un gros son. Sur la durée de cet EP (4 titres et une reprise des Beastie Boys, I Want some, très bien interprétée au passage) je peux dire que Love Computer parvient à me convaincre mais je dois avouer aussi qu’une petite guitare ou tout du moins un autre instrument apporterait un plus non négligeable pour éviter une sorte de répétition qui se fait sentir sur la fin.

En attendant Love Computer est un groupe atypique qui mérite votre attention.

J. NeWSovski



mardi 21 août 2018

Jeu de l'été



Attention dernière semaine pour participer au grand jeu de l'été. On clôture dimanche soir.

Et le grand gagnant sera annoncé lundi prochain après tirage au sort s'il y a besoin.

Voici les petits liens pour participer :

Clip - I Against I

Je viens de chopper cette petite info sur Dying Scene et je dois avouer que ça me fait super plaisir d'apprendre la re-formation d'I Against I, groupe hollandais qui avait notamment sorti un très bon album, I'm a fucked up dancer..., sur Epitaph en 99.

Un album doit sortir le 5 octobre sur White Russian Records

dimanche 19 août 2018

LANE - Teaching Not To pray (EP)




LANE - Teaching Not To pray (EP)
Nineteen Something
4,5 sur 5

La rumeur circulait depuis quelque temps, et pas uniquement dans la cité angevine, leur ville de toujours et place forte du rock hexagonal : des THUGS remettraient le couvert ? Mieux qu'une rumeur, un EP a vu le jour avant l'été sous le patronyme de LANE (Love And Noise Experiment). Un nouveau projet qui réunit la fine fleur du rock angevin : Eric et Pierre-Yves Sourice des THUGS donc, Etienne et Camille Belin de DARIA et Félix Sourice, le petit jeune de la bande. Et force est de constater que ce comeback fait plaisir à attendre tant les quatre titres sont excellents. Les influences des deux groupes précités s'entrechoquent à merveille. Bien évidemment, la voix d'Eric rappelle le meilleur des THUGS. LANE, c'est le mariage parfait entre électricité et mélodie, entre noise et pop. Bien soutenu par un mur de guitares (pas moins de trois), "Goal Line" fonctionne à merveille avec son refrain pop entêtant. La batterie sans fioritures est au diapason comme sur le plus punk "Black moon", simple et efficace. "Dice", tonique, rugueux, direct et mélodique, est également un morceau de haut vol. Le EP de 12 minutes se termine en beauté par le titre éponyme "Teaching not to pray", très THUGS il faut bien le dire avec sa courte intro délicate avant que la rythmique métronomique et la voix d'Eric ne se mettent en place.

Ce "super groupe" réunissant des DARIA et THUGS démarre donc sur les chapeaux de roue. On attend la suite avec impatience (un format plus long peut-être), en espérant que ce nouveau projet alléchant ne va pas s'arrêter en si bon chemin.



Mr Caribou


mercredi 15 août 2018

THE GET UP KIDS – Kicker




THE GET UP KIDS – Kicker
Polyvinyl
3.5/5

Tout n’est définitivement qu’une histoire de vagues dans notre océan musical.
Et voici l’histoire d’une grosse vague apparue à la fin des années 90, appelée émo, qui m’a fait chavirer, qui semble revenir à l’approche de cette fin de nouvelle décennie. The Get Up Kids, un des fers de lance, est donc de retour avec ce court EP intitulé Kicker.
Seulement 4 titres mais qui rappellent la discographie du groupe. Maybe sonne pop comme les derniers albums (pas les meilleurs hélas) avec des mélodies faciles et accrocheuses. Le son est volontairement cheap, il a été produit par Scott Litt qui a produit REM ou Nirvana. J’aime beaucoup I’m sorry et son refrain qui est vraiment très bon, c’est un titre qui reste en tête. My Own Reflection est plus aérien et difficile d’accès mais au fur et à mesure des écoutes c’est un morceau que j’apprécie de plus en plus.
Sans être exceptionnel cet EP signe un nouveau retour du groupe, cette fois réussi. Il est donc évident que l’album qui va suivre sera très attendu, cette mise en bouche nous laisse en tout cas entrevoir des choses intéressantes.

J. NeWSovski