dimanche 27 novembre 2016

WOODWORK – Ordinary Violence



WOODWORK – Ordinary Violence
Stonehedge records / Hydrogen Man records
9/10

Voici un album d’une richesse rare, il associe énergie brute et brutale à un hardcore aérien et captivant tout en prodiguant des textes tout aussi riches qu’ils sont politisés.

Le morceau d’introduction (Initiation) est juste superbe avec son sample d’une conversation avec Angelina Davis (militante pour les droits de l’homme) qui se substitue à la voix, il fait preuve d’une mise en bouche très alléchante avant de laisser le relais à Emancipation qui dégage une puissance alliée à de subtiles mélodies dans la veine Nine Eleven ou Comeback Kid.

Le groupe est politisé, il parle de nature, de la survie des espèces, des ressources de la planète (Overshoot) en ce point il me fait penser à Propagandhi. Sur d’autres titres les sujets me font aussi penser aux canadiens notamment State Of Oppression dont le sujet est les dangers du patriotisme. Legacy est un gros brûlot aux riffs acérés défendant la cause vegan, j’adore le morceau mais merde je me sens mal en tant que carnivore… Mais tout l’intérêt de ce genre de groupe est aussi là : nous faire prendre connaissance des choses, nous faire réfléchir.

J’aime beaucoup aussi Unlearn, un morceau sur le sexisme et la place des femmes dans notre société actuelle. Ça fait aussi du bien de temps en temps de se pencher sur des textes réfléchis et commentés

Les textes de Woodwork méritent d’être lus attentivement, leurs sujets ne peuvent que toucher, musicalement les Toulousains envoient un gros hardcore technique, travaillé qui rappelle une scène plus active à la fin des années 90.
Ordinary Violence s’impose comme mon coup de cœur hivernal et un album fort de cette année.





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Votre avis :