lundi 21 novembre 2016

NOBODYS – Hussy



NOBODYS – Hussy
Rad Girlfriend Records
7.5/10

Je suis tombé un par hasard sur cet album, attiré par cette pochette légèrement connotée et fortement évocatrice… Je l’ai fait tourner dans l’autoradio pour aller au boulot et depuis il tourne en boucle.

A ma grande surprise Nobodys n’est pas un nouveau groupe qui vient de se former, bien au contraire, mais cela fait 15 ans que le groupe n’avait rien sorti.
Le groupe installé au Colorado a su garder la moitié de son line up autour JJ Nobody (un ex Drag The river) et Randy Schumacher rejoints maintenant par deux mecs de Buck O’Nine (ça parlera au vieux Paps).

J’adore le côté irrévérencieux de leur musique, du bon vieux punkrock biberonné aux Ramones et à des références très rock’n’roll du type Turbonegro ou Zeke.
Ça joue vite et ça envoie des petits riffs de guitares à droite à gauche (Not Loving You ou Who Invited you) tout en gardant une belle base punkrock.
Sex, Drugs, Sex and Rock & roll peut passer pour le tube de cet album tant son refrain est accrocheur. Les morceaux transpirent le rock’n’roll, la rythmique y joue pour beaucoup, rapide sans être déchaînée, la voix est parfaite aussi, accrocheuse, éraillée avec ce qui faut d’effluves de whisky. Et l'ensemble me fait parfois penser à US BOMBS.
L’album est aussi marqué par les anecdotes comme Joe Queer Kicked Me Out qui raconte le jour le mec des Queers à viré JJ Nobody de son établissement ou He moved To Denver ou encore She thinks I’m sexist. Le groupe manie l’humour et le mélange prend à merveille.

Hussy de Nobodys se trouve donc être une bonne surprise sans d’autres prétentions que jouer vite, envoyer du gros rock et se faire plaisir.

Morceau préféré :           Sex, drugs, sex and rock & roll





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Votre avis :