mercredi 17 février 2016

Interview Meltdown

Jeune groupe suisse qui a sorti l'an passé un premier album remarqué aux références multiples Meltdown risque fort de faire beaucoup parler de lui à l'avenir. Petite interview, histoire d'en savoir plus.



· Pouvez vous me dire d'où vient votre nom de groupe ?
Meltdown, au niveau de sa signification, se rapporte à la fusion nucléaire, au point le plus chaud d’une explosion. Etant donné qu’on aime faire transpirer notre public et que la moitié du groupe passe son temps à se foutre à poil sur scène, le lien avec la chaleur intense était tout trouvé  ! (rires)

· Pouvez-vous me présenter les membres du groupe et d'où vous venez
En fait, nous sommes une version hardcore et sexy de la Ligue des Justiciers. Nous avons été réunis afin de faire régner le headbang et les déhanchés pelviens sur Terre.
Tout d'abord à la voix, il y a Jo, venant d'un monde à la fois stoner et hip hop. Il aime les glaces et les bisounours.
Ensuite il y a Dude à la guitare, notre canard sous stéroïdes qui se dope à coup de Babybel transgéniques et qui a développé une passion secrète pour le mime.
Puis, la légende dit qu'un jour, un bassiste a joué tellement fort qu'on l'a entendu. C'est notre Nelson.
Enfin Petzi, batteur de Meltdown depuis le début, joue avec 2 paires de baguettes dans chaque main et fait trembler la scène à coup de kick !




·  Boobs are for heroes est votre premier album, jouiez-vous avant dans d'autres groupes ?
On a tous eu nos expériences par le passé. Jo a été chanteur pour Swing 4 An Angel ou My Dog Is A Pornstar. Dude a joué pendant une quinzaine d'années dans des groupes allant du rock au metal comme Advice ou Karane. Nelson, pour sa part, a été bassiste pour le groupe d'irish punk Kenny's Swiss Side et est actuellement chanteur de Dope For Goat. Enfin Petzi avait fait la connaissance de Dude au sein d'Evil Inertia.

·  Cet album ressort énormément d'influences, qu'est ce qui vous a inspiré et donné l'envie de créer Meltdown ?
On a tous des influences très diverses et le but de Meltdown, c'est justement de mettre en commun ces influences qui n'ont pas toujours grand chose à voir, et de faire en sorte que la patte de chacun ressorte, et ceci sans se mettre aucune limite en matière de style ou de composition. Chaque membre du groupe a son identité propre et on tient à ce que ça se sente lorsqu'on écoute nos morceaux.



·  L'artwork est superbe, pouvez vous m'en dire plus sur Mat St-Amour qui l'a réalisé et comment s'est fait le contact ?
Mat est un artiste canadien que nous avons connu lorsque nous étions à Cuba pour le Brutal Winter Fest 2014. Il participait à la tournée avec son groupe, Chariots Of The Gods, pour qui il est guitariste et nous avions rapidement pu admirer son coup de crayon magistral. Quand notre projet d'album a germé, que nous avons mis les idées en commun pour l'artwork, nous avons tout de suite penser à Mat pour le réaliser. Et visiblement, nous avons eux raison, il nous a fait un job incroyable  !!



· Commencer par Tales Of The Intergalactic qui fait 7min47 ce n'est pas une prise de risque d'avoir un morceau si long en entrée ?
Ca peut paraître très osé de mettre un morceau aussi long en premier titre, mais nous l'avons vraiment composé comme un opening, que ce soit pour l'album en soi ou pour les concerts. Pour cette raison, il nous a paru évident qu'il devait être utilisé comme tel avec ses ambiances particulières.

·  Qui dans le groupe écrit les paroles et quels sont les grands thèmes de l'album ?
Au niveau des textes, on essaie justement de tous y participer, d'amener des idées, de composer les différentes phrases. Et les thèmes abordés sont assez divers, mais toujours orientés fun. Il y a quelques textes à la thématique un peu plus sérieuse comme «  I Won't Be Submitted  » ou «  Foolish Soul  », mais nous avons surtout envie que le public s'éclate dans notre univers autant que nous. On se voyait mal écrire des textes où on se plaindrait constamment de nos vies, les rappeurs font déjà ça très bien  ! (rires)



·   Vous êtes un peu difficile à classer, ce qui est en soit une bonne chose, mais peut être un casse-tête pour les programmateurs. Du coup avec quels types de groupes jouez-vous habituellement ?
Justement, le fait que nous ayons plusieurs facettes n'est pas un casse-tête pour les programmateurs car cela nous permet de jouer avec n'importe quel type de groupes, allant du rock british au black métal. Cela dit, il est vrai que nous sommes plus facilement rattachés à l'univers métal dans sa globalité.

·   Une seule chose m'a choqué sur votre album c'est la profusion des sponsors, c'est tout de même assez rare surtout dans ce style de musique,  pourquoi autant et pourquoi les afficher ?
On avait encore de la place de libre, alors on en a profité pour rendre un petit hommage au matériel qu'on utilise, vu que chaque musicien a une relation très intime avec lui. Au final, on ne peut pas vraiment les qualifier de sponsors car il n'y eu aucune contribution de leur part à la réalisation de notre opus. C'était notre volonté propre de les faire y figurer car ils font en partie notre son.



·   La scène Suisse se révèle de plus en plus riche avec une profusion de groupes intéressants, ce n'était pas trop le cas il y a des années, qu'est ce qui selon vous fait que les groupes se multiplient et surtout sortent de très bons albums ?
La Suisse a une image très calme et polissée, mais le suisse moyen est sans contexte un peuple de musiciens. Combien connaissons-nous de papys qui jouent de la trompette dans une fanfare ou un voisin qui gratte dans sa chambre  ? Au final, ces gens se rencontrent et montent des projets, ce qui crée une scène musicale de qualité, quel que soit leur style de musique. Et il y a vraiment beaucoup d'excellents groupes pour un aussi petit territoire.

·  Des projets pour 2016 ?

Pas mal de concerts, on espère  ! On souhaite faire vivre au maximum cet album sur scène. En parallèle, nous nous attelons à la composition des morceaux qui figureront sur notre deuxième album que nous aimerions enregistrer en 2017. En d'ici là, il y aura pas mal de surprises pour notre public à l'étranger également.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Votre avis :