lundi 26 mai 2014

Interview Flying Donuts

Riche entretien  avec Jérémie des Flying Donuts (A t'il bon goût ?) quelques semaines après la sortie de Still Active, leur quatrième album (chronique). 




Vous êtes de retour avec un quatrième album. Beaucoup d’éléments rappellent la même 
signification : le titre (still active), la flamme sur la pochette, le morceau before I went Home, et le texte au milieu du livret for 18 years. Vous aviez peur qu’on vous ait enterrés ?


On à peur de rien ! On a juste envie de prouver haut et fort que nous sommes toujours la, motivés et passionnés au même niveau qu’il y a dix ans ! 


Effectivement, c’est le thème de l’album. Apres avoir pondu un disque plus sombre, (until the morning comes, paru en 2009) On voulait faire un disque davantage positif dans sa globalité. 
Le texte explicatif au milieu du livret est un bon coup de gueule à tous ces nouveaux systèmes de communication (réseaux sociaux entre autre) qui développent sur ta tronche sans que tu ne maitrises quoi que ce soit. Beaucoup de matière pour pas grand-chose de réel. Le mieux c’est de le faire à l’ancienne, à savoir choisir soi même ses sources d’infos, se documenter intelligemment, sortir voir des gigs, acheter ou télécharger des disques… La dessus, nous on ne change pas ! 


Comment se fait-il que vos productions soient aussi rares, que ce soit les albums, EP ou les splits avec d’autres groupes ?


Tu trouves toi ? Moi pas tant que ça ! On a quand même sorti dans le désordre 4 albums, 2 splits albums, 1 ep, 1 45t, 1 book et son best of, de multiples apparitions sur des compiles et surtout plus de 700 dates au compteur, dans toute l’Europe et même outre atlantique ! Le tout en autoprod’ pour la plupart de nos sorties… Le groupe à 18 ans cette année, c’est vrai que ça peut paraitre peu en termes de prods mais pas pour nous. 

Nous avons connu plusieurs rythmes différents au fil des années, de la disponibilité étudiante à l’intermittence en passant par des jobs intérimaires… Mais il est vrai que nous avons toujours privilégié les tournées car c’est ce qui nous motive toujours par dessus tout. Aujourd’hui, le contexte à évolué, nous avons tous repris des jobs à plein temps qui nous permettent une certaine stabilité et liberté financière… Un vrai paradoxe en fait ! 
Mais nous sommes avant tout des personnes passionnées de musique, ce qui nous amène à continuer l’aventure. Cela demande une organisation au millimètre pour chacun d’entre nous d’ailleurs…
Notre van à mal, nos amplis sont « used » mais La foi est intacte ! Tu peux me croire ! Nous ne courons pas après les multiples sorties de disques, on préfère la qualité à la quantité ! Et surtout, on fait avec les moyens du bord !!! On préfère 1000 fois sortir un album tout les 3 ans, composé avec inspiration et mettre de la thune dedans afin qu’il soit le plus réussi possible (studio, artwork,…) plutôt que de sortir de la merde tous les ans, faute de moyen… Une bonne solution pour ne pas tourner en rond et se renouveler à chaque sortie !
Même si nous jouons une musique « simple » et « brut » de décoffrage, nous nous considérons avant tout comme des musiciens. Et forcément, en partant de la, on veut faire « sonner » du mieux possible nos morceaux. Ça nous prend du temps, c’est comme ça ! 
Et puis il faut avouer aussi que nous ne courons après rien ! On ne cherche ni la gloire avant 35 ans (c’est trop tard pour moi de toute façon !!!) , ni la reconnaissance de masse. On s’en branle en fait, on joue notre zic, on continue de faire des rencontres, on se fait plaisir quoi ! Ca ne va pas plus loin que ça ! 


Qu’est ce qui vous pousse à enregistrer un nouvel album ?


L’envie de composer, de jouer des morceaux frais, de les faire sonner du mieux possible en studio et de reprendre la route pour les défendre !
Tout est lié, du premier riff joué en répète au concert réussi en pleine tournée ! Pour celui ci, on s’est pas mal posé avant de le faire, c’est vrai. Besoin de faire le point ensemble, le groupe occupe toujours une majeure partie de nos vies, on à pas envie que ça s’arrête demain. Du coup, il a fallu revoir notre mode de fonctionnement, répéter à distance de temps en temps par exemple… Et ça c’était inconcevable il y a quelques années. Mais ces adaptations nous ont permis de ressortir un disque, donc au final c’est ultra positif pour nous ! A 30 /35 piges, tu ne fais pas un disque de la même manière qu’à 19 ans, tu captes le délire ?



Est-ce que votre façon de composer vos titres a changée depuis l’époque Last Straight Line ?

Sur la forme, pas vraiment, c’est toujours moi qui emmène les premières idées et on décortique ça en répète. Ca reste très démocratique, chacun peut décrire son point de vue sur les plans, structures, thèmes choisis… Alors parfois, on se prend la tête, parfois on vote à main levée aussi ! Mais au final tout le monde est content ! Le but c’est de se faire plaisir avant tout !
Par contre, sur le fond, on a beaucoup plus de recul qu’auparavant. On peut revenir sur un morceau 2 mois après sa composition si on juge cela nécessaire. Avant, on composait plus vite je pense. Mais tous les morceaux se ressemblaient un peu ! Aujourd‘hui, on à envie de diversifier… Mais en restant dans le cadre de notre « marque de fabrique » bien sur… Parfois on peut aller assez loin dans nos délires de composition mais pour cela, il y a le comité du bon goût qui nous surveille chaque jour !!! Je suis particulièrement dans le viseur !!! J’adore les groupes qui sont capables de mixer plusieurs atmosphères dans un seul et même morceau, un peu à la wildhearts sur leur album éponyme de 2007, un must pour moi. Le bon goût à l’anglaise quoi ! 


Still active a été enregistré par Fred Gramage au Studio Pole Nord et mixé au Blasting Room par 
l’inévitable Jason Livermore. Pourquoi ces deux choix de personnes ?


Pour Fred G, ça va avec le contexte de l’album : retour aux sources ! On avait envie de rebosser avec le mec qui nous a tout appris en studio il y a presque 15 ans lors de l’enregistrement du last straight line.… Ça tombe bien, lui aussi ! Ce fut une super expérience que de retourner le voir, on s’est bien marrés, remémorer quelques bons souvenirs et surtout on à fait du bon boulot ensemble. Je ne regrette pas ce choix. Faut savoir que son matos et sa manière de faire ont évolué aussi. 

Tu as oublié de mentionner le studio « indie ear » ou travaille Mathieu (gratteux chanteur de l’excellent groupe THE REBEL ASSHOLES chez qui nous avons enregistré les prises chant). Pour une histoire d’organisation interne… Son stud’ est proche de notre région, c’était plus facile de le faire comme ça. Idem, hyper content du boulot effectué chez lui, je recommande ce studio car Mathieu a forcement la culture qui va avec ses prouesses techniques. En plus, ses prix sont abordables et il cuisine les pates au sel à merveille !!!

Pour le master, on à simplement suivi les conseils des 2 studios, pour faire sonner au mieux le disque. Rien à branler que ce soit aux USA ou en Moldavie…




Le disque sort sur Kicking records, José records, votre structure, et Chanmax. L’arrivée de Chanmax est nouvelle, c’est Seb aussi qui a fait votre pochette. Comment s’est fait cette rencontre ?


Erreur mec ! Seb de chanmax est un pote de longue date ! Il fut un temps ou le jeune homme résidait sur Nancy … Nous aussi à l’époque…

On à choisi de bosser avec lui pour les mêmes raisons qu’avec Mat des REBEL, à savoir que les gars ont avant tout une culture commune à la notre et qu’il n y a pas besoin de décrire pendant 3 plombes nos envies, nous sommes sur la même longueur d’ondes !

La preuve, pour la pochette on lui a laissé carte blanche pour débuter ses travaux, preuve d’une grande confiance quand même ! Il tout fait capté ou en voulait en venir, c’est un champion !
En plus, chanmax est une structure qu’on respecte beaucoup. Intégrité à 200%.



Pour les deux précédents albums vous aviez une version différente de l’artwork entre la version cd et la version vinyle. Est-ce que ce sera la même chose ?


Non, par faute de moyens. Mais pour donner du cachet à la version vinyle, on à fait une track list différente.


Vous partez pour une grosse tournée, vous allez côtoyer pas mal de groupes, quels sont ceux avec
lesquels vous adorez vous retrouver sur la route ?


Tout ceux qui ne se prennent pas la tête et qui font ça pour les mêmes raisons que nous ! Quelques noms ? dead pop club, rebel assholes, sons of buddha, forest pooky, hellbats, billy the kill, jack and the bearded fischermen, irradiates,
Tout ces gens sont des potes, donc à chaque fois que nous partageons un plateau, c’est bonne ambiance ! Apres moi j’adore faire des rencontres sur la route, découvrir des bons groupes ou discuter avec des gens intéressants à la fin des gigs, des vieux, des jeunes, tous les styles, j’aime ça. je ramène souvent des souvenirs de tournée, genre du merch de groupes que j’ai apprécié. Ca va de la démo cd r au teesh + disque du groupe un peu plus en place… Ma collection commence à prendre de la place d’ailleurs !!



Que faîtes vous comme boulot à coté des Flying Donuts ?


Mon frère Benjamin à un taf qui lui permet de poser beaucoup de congés pour la zic et sa vie perso. Il est « informaticien » comme on le disait dans les 90’s !!! Il peut s’organiser facilement. 


Manu bosse à l’usine, c’est un peu plus compliqué pour lui car ses horaires sont difficiles et son travail éprouvant. Malgré cela, il se rend dispo pour la zic au maximum, preuve de sa motivation restée intacte. Je respecte ça à mort, parfois on part en tournée et il commence sa nuit dans le camion… Extrême !


Pour ma part, je suis travailleur social, je bosse dans un quartier et j’accompagne les gens en grande précarité. Je suis aussi à l’aise que le frérot pour me débloquer du temps pour la musique. Je pense pour finir la dessus que j’ai choisi une voie professionnelle en étroite relation avec ma passion de la zic, à savoir les rencontres faites dans un contexte donné. C’est aussi pour ça que je joue du punk rock. 




http://flyingdonuts.bandcamp.com/
http://www.kickingrecordsstore.com/
https://www.facebook.com/ChanmaxDiscos





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Votre avis :