jeudi 19 janvier 2017

CAR SEAT HEADREST – Teens of Denials



CAR SEAT HEADRESTTeens of Denials
MATADOR
8,5 sur 10

Le rock a toujours été une histoire de jeunesse. Will Toledo, l’homme à tout faire se cachant sous le patronyme de CAR SEAT HEADTREST n’échappe pas à la règle du haut de ses 23 ans. Un jeune homme prolifique qui enregistre plus vite que son ombre en mode DIY. Repéré par le légendaire label Matador (YO LA TENGO, PAVEMENT, SUPERCHUNK…), le premier album officiel de l’Américain « Teens of Denials » est sorti en fin d’année 2016. 
Malgré cette signature prestigieuse, CAR SEAT HEADREST n’a pas perdu son aspect lo-fi et a publié un excellent album d’indie rock. Moins immédiat que la précédente compilation de démos, cet album peut dérouter par sa forme et sa gestion du temps : de la 1’17 du titre de clôture « Joe goes to school » aux 11’30 du déstructuré et ambitieux « The ballad of the Costa Concordia ». CAR SEAT HEADREST varie astucieusement les titres efficaces et accrocheurs dans la pure tradition rock indé 90’s (« Fill in the blank », « Destroy by hippie powers », « 1937 state park » à d’autres qui prennent plus volontiers le temps de s’installer (la longue introduction cuivrée de « Cosmic Hero » ou encore le plus progressif « Vincent » construit dans son entame sur un gimmick de guitare minimaliste). Il est difficile de mettre en avant un titre, tant cet album est dense et ne présente aucune faiblesse. Même quand CAR SEAT HEADREST s’essaie à plusieurs reprises à la ballade lancinante, il touche l’auditeur (« Joe gets kicked out of school for using… » par exemple). Will Toledo n’est pas le plus grand performer vocal. Son timbre fait souvent penser au chant nonchalant de Julian Casablancas ou parfois à Frank Black, avec cette manière d’hurler à 1 mètre du micro (l’intro de « Not what I needed »). Mais il s’agit d’un talentueux et prometteur compositeur dans le landerneau indie actuel, dont les déboires d’un dénommé Joe captivent sur ce Teens of Denial, long en bouche mais captivant.

Meilleur titre :         Fill in the blank

Si vous aimez : PIXIES, WEEZER, GUIDED BY VOICES

Une chronique de Mr Caribou



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Votre avis :