jeudi 1 septembre 2016

Plume de Mohawk a-t'il bon goût ?

Subtil mélange entre folk et racines punkrock, Mohawk fait passer énormément d'émotions à travers sa musique. En ce point, le deuxième et nouvel album /A.La.li/ en est une belle démonstration. Rencontre avec Plume le leader du groupe Brestois.





L’album que tu as le plus écouté ?

J'hésite entre plusieurs, et de toute façon, çà sera incorrect, parce qu’il faudrait que je remonte loin dans ma mémoire pour hiérarchiser çà sans me laisser biaiser par ceux qui ont été plus récents.
Juste comme çà dans l'instant les deux premiers auxquels je pense sont "Supporting Caste" de Propagandhi, qui est sorti juste après la première et seule fois où je les ai vu en live, (J’avais traversé le pays juste pour un concert) à un moment où je commençais à m'intéresser à eux, même si je les connaissais depuis très longtemps.
Pour moi cet album est ce qui se fait de mieux dans la justesse de l'arrangement, dans des montées progressives qui aboutissent sur des passages explosifs qui te laissent abattu, avec un propos toujours intéressant, les musiciens sont tous militants pour les causes qu'ils défendent, c'est le genre de lecture (le livret) qui peut changer à un moment donné ta façon de voir.

J'ai retrouvé un peu ce genre de montées progressives, dans un autre style, et avec des sections chœurs dignes de Bad Religion, des cuivres limites classiques, à l'écoute de Sigh no more de Mumford and Sons, tout çà ponctué par des balades vraiment poignantes sur des pickings guitares assez élaborés, des progressions d'accords simples en apparence, mais avec toujours à un moment un élément qui vient surprendre. Ce qui rend l'écoute aussi facile émotionnellement qu'intéressante sur le plan de la compo. Après, les textes sont très bien écrits avec de belles métaphores, ça m'a touché à un moment, mais y'avait pas cette rage et cette amertume, cette violence que j'aime dans le punk.

Comme je suis assez sensible aux progressions d'accords assez alambiquées, j'aimerais ajouter un des albums qui m'a le plus touché aussi, mais vraiment plus tôt dans ma vie, c'est Es Muerto du groupe Quadiliacha. C'est un groupe très obscur qui doit avoir été écouté que par les gens à Brest entre 97 et 2005, qui s'est développé vraiment dans la scène hardcore DIY américaine aux côtés de groupes franchement fast ou power violence. Ils jouent une sorte de punk hardcore très mélodique toujours dans l'urgence, avec une voix décharnée mais ou transpire l'émotion et la hargne, des riffs de tueurs, un batteur hyperactif, alternant avec des morceaux plus fast core avec sur une note plus légère et humoristique. Personne à qui j'ai fait écouter çà depuis n'a accroché, mais on m'enlèvera pas de l'esprit que çà reste un des groupes les plus créatifs et originaux, avec une vraie personnalité dans leur musique, beaucoup d'intégrité.

 


Ton groupe culte ?

Pour le groupe culte, il va falloir que je tape dans la catégorie groupe culte, et je sais que je brosse certains dans le sens du poil, mais je vais dire Queen. Ils ont une carrière incroyable, un répertoire phénoménal, une technique musicale et scénique irréprochable, une créativité sans borne, un charisme de fou, on s'apercevra peut-être dans un prochain scandale que c'était un sale type, mais en attendant, je trouve
Que Freddy Mercury a quelque chose de profondément humain, humble, et touchant que j'aime bien. Ils ont des morceaux qui sont parmi les plus beaux.



La plus belle pochette de disque ?

Beaucoup de mal sur cette question. Allez jeter un coup d'œil sur celle de Supporting Caste de Propaghandi quand même. Je ne dirais pas que c'est la plus belle, mais elle est juste grandiose. Cet album est un sans-faute. Presque.








Ton film ou réalisateur préféré ?
J'ai une passion pour les comédies du type "y'a t-il un pilote dans l'avion" en fait c'est trois réalisateurs qui après se sont séparés pour faire de leur côté les Hot Shots ou les "Y'a t-il un flic". Leur premier film date de 1984, et je peux dire sans trop m'avancer que çà doit être mon film préféré. Il s'appelle Top Secret, un des premiers Val Kilmer. Autant j'aime aussi beaucoup des films plus sérieux, des drames ou autres, autant dans top secret, tu as des gags vraiment désopilants qui durent des fois plusieurs minutes, ils arrivent à toujours mettre à profit les différents champs pour placer d'autres gags alors qu'au premier plan il s'en passe déjà deux...Je peux le regarder mille fois je trouve toujours des détails que je n’avais pas remarqué ou des trucs que j'avais pas compris. Désolé d'avance pour ceux qui vont aller le regarder sur mes conseils. Ne me remerciez pas.


Tes acteurs / actrices préférés ?
Je n’ai pas vraiment d'acteurs/trices préféré(es) je connais à peine leurs noms, et je m'y intéresse pas trop à vrai dire.


Ton endroit préféré ?

Je voyage beaucoup en ce moment avec la musique, et partout où je me trouve, je vois des lieux vraiment splendides.
Des villes majestueuses ou très dynamiques, attachantes par la culture ou ce que dégagent les gens. 
Après je supporte assez mal d'être cloisonné longtemps dans des villes, et j'aime beaucoup me retrouver dans la nature, en forêt ou près de la mer. De ce côté-là, autant vivre à Brest est pas quelque chose qui réussit à tout le monde autant c'est quand même un endroit auquel je suis profondément attaché, la ville et sa personnalité, mais aussi le littoral.
J'ai créé dernièrement beaucoup d'amitiés dans le sud-ouest, dans l'Est, à Laval aussi, dans le nord, et c'est des lieux où j'aime particulièrement venir revoir les gens.




Ton livre ou auteur préféré ?

Pour l'auteur, je dois en citer deux, Jean Giono pour la littérature française, qui écrit beaucoup de romans et de nouvelles toutes basées en Provence. Chaque ligne révèle une poésie incroyable, des tournures qui se foutent pas mal des conventions, qui sont très ancrées dans une oralité qui semble être justement très provençale. Il a notamment un talent pour signifier un attachement, une connexion profonde avec la nature, les animaux, les hommes et femmes de ce pays, leurs métiers, les liens qui unissent tout çà entre eux. Il a des descriptions qui ne laissent pas de doute sur le fait qu'il est toujours touché par la beauté et la grâce qui se cachent dans des choses simples. Un de mes ouvrages préférés serait : Que ma joie demeure.

Le deuxième qui m'a beaucoup plu, c'était étant plus jeune, est John Steinbeck. Pour des raisons assez proches de ce que je viens de dire pour Giono, mais rapportées à l'Amérique en crise des années 30, avec moins ce côté un peu animiste, par contre on y trouve une analyse socio-politique assez juste, trop impartiale des fois, mais toujours pleine de proximité pour les gens simples et de compassion.


Ton juron préféré ?

J'essaie de faire attention aux jurons que j'emploie en public. Pas mal de gens que je connais militent contre les discriminations et tentent d'en imprimer des répercussions dans le langage. J'essaie du coup, convaincu effectivement que beaucoup sont offensants au regard du sexe, de l'orientation sexuelle ou autre, de trouver des parades, et là c'est un peu ironique de ma part des fois, j'abuse un peu de ce procédé. A la fois c'est amusant d'essayer d'inventer des jurons qui ne soient pas offensants, çà a un côté paradoxal en soi. Du coup je répondrais dans quelques mois quand j'aurais déterminé lequel de ceux que j'ai inventé me plaît le plus. (Des fois quand même il y a des choses qui m'échappent, hein!)



Ton rituel d’avant concert ?

Alors mon rituel d'avant concert est surtout basé sur une chose bêtement technique, qui est que si je n'arrive pas très détendu sur scène, si je ne suis pas correctement échauffé, je risque de m'abîmer proprement la voix. Je m'échauffe souvent dès l'arrivée sur la salle, car il y a rarement de loges ou d'endroits où s'isoler, alors je profite qu'il y ait le moins de monde possible, sinon, mes échauffements sont un peu plus bâclés, voire sont mal fait, c'est assez embarrassant à faire devant des gens. C'est une batterie d'exercices de rééducation vocale en fait, plus des fois des automassages, étirements, méditation ou autres. Je le refais sommairement juste avant de jouer, souvent dans les toilettes d'ailleurs, faute de mieux. 
Les fois où tu es fatigué par la route, la tournée, tout çà, t'as pas envie de jouer, t'as zéro motivation, là je me fous littéralement des grandes claques dans la gueule, et je me coache comme si j'étais une équipe de foot US. Ça paraît con, mais ça me garantit que les concerts ne soient pas trop inégaux justement du fait de la fatigue.
Tout le monde a le droit à la même prestation, même si ce n’est pas rigoureusement le cas. En tout cas, c’est assez efficace, et je passe aussi de meilleurs moments quand je le fais.



Ton sport ou sportif préféré ?

J'aime beaucoup le sport, je m'intéresse très peu aux sportifs. Pour moi le sport est l'occasion de transmettre énormément de valeurs éducatives aux générations qui suivent. Malheureusement c'est trop souvent l'inverse qui se passe. Je pratique beaucoup le surf, dès que je peux, j'admire beaucoup les skaters aussi, ce qu'ils font me semble vraiment surhumain, mais pour comparer les deux, pour moi surfer serait comme skater un module qui change constamment de forme, de manière inattendue et aléatoire, qui nécessiterait presque une espèce d'intuition pour percevoir ces changements. Y'a obligatoirement pour moi une histoire d'être aussi au contact de l'océan, même si pas mal de gens à l'eau ont l'air de s'en foutre des fois, et de pas reconnaître la chance qu'ils ont d'avoir accès à ça. Au niveau des sensations de glisse, c'est pour moi la sensation la plus libre et la plus pure que j'ai connu. Ça a vraiment un impact puissant sur l'organisme et le psychisme. Beaucoup de gens qui pratiquent rêvent régulièrement de vagues.





Le groupe le plus improbable avec lequel tu aimerais faire un morceau ?
Je sèche...

L’objet le plus inutile que tu possèdes ?

Ma carte d'électeur.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Votre avis :