mercredi 18 novembre 2015

BoySetsFire - s/t



BoySetsFire - s/t
End Hits Records / Bridge 9 rds
8.5/10
J'avais presque oublié qu'il y a deux ans Boysetsfire était sorti de sa pause pour sortir un bon album (while a nation sleeps ) renouant avec son glorieux passé. Celui-ci, sans titre, est sa suite logique.


Gardant la même structure qu'After The Eulogy, qui au passage fête ici ses 15 ans... Un album magistral qui aura laissé son empreinte dans le registre émocore tant prisé dans le début des années 2000.  Boysetsfire revient donc avec les mêmes bases et la même structure en alternant des morceaux énergiques et violents et d'autres plus mélodiques et intenses.

Le début de cet album éponyme est d'ailleurs une belle réussite avec des titres très bons comme le puissant Savage Blood qui démarre très fort et se pose sur la fin. Le second morceau, Cutting room floor, rappelle au bon souvenir de la décennie précédente en proposant un titre mélodique mais possédé emmené par la voix singulière et magique de Nathan Gray. Les morceaux se suivent, parfois moins intéressant, Don't panic, par exemple, avec son refrain un peu lourd ou The filth is rising, bourrin mais confus. Cependant l'album retient en lui en quelques jolis morceaux Ordinary lives, One match, certes calibré pour plaire mais vraiment efficace, ou torches to paradise parfait pour rappeler quelques grands morceaux écrits dans le passé.

A nouveau un bel album pour le groupe de Philadelphie et même si certains titres sont moins pertinents il n'en demeure pas moins un fin mélange de mélodies et de rage le tout enveloppé par un grand talent d'écriture.

Morceau préféré :  Breathe In, Breathe Out




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Votre avis :