mercredi 11 juillet 2012

Devianz – A corps interrompus



Devianz – A corps interrompus
6/10
J’ai reçu le mois dernier le deuxième album d’un groupe parisien nommé Devianz. Je n’avais jamais entendu parler d’eux auparavant. La pochette inspire plutôt la scène émo avec une jolie photo. La phrase d’intro de la bio place quant à elle, place la barre très haute : « si At The Drive In avait vécu une histoire d’amour avec Portishead, leur union aurait engendré Devianz… ».
Disque inséré, je découvre un groupe qui chante en français un rock inspiré qui tient plus de la scène émo américaine de seconde zone (sans être péjoratif) que des légendaires génies d’El Paso. Le son est très bon, on louera d’ailleurs le travail de Guyom Pavesi à la prod et le master d’Alan Douchès. Les mélodies sont bien senties, j’ai par contre plus de mal sur le chant pour plusieurs raisons : le français passe toujours aussi mal sur ce type de musique, il focalise l’écoute et même si les textes sont bien écrits les sonorités ont du mal à passer je trouve. J’ai aussi du mal avec la façon de chanter. Au passage c’est d’ailleurs Guyom Pavesi qui chante et qui écrit.
Le point intéressant pour moi dans Devianz ce sont les montés, les passages calmes à ceux plus violents sont en général bien amenés et c’est de là que doit venir la comparaison avec ATDI. Pour ma part et sur l’ensemble de l’album je ressens bien plus l’influence d’un groupe comme Radiohead pour les mélodies  et étrangement aussi l’ambiance parfois planante de Mass Hysteria.
Pas vraiment ma came mais je ne doute pas que Devianz puisse plaire à nombre d’amateurs de la scène française mais aussi pop rock.
Je me permets aussi de reformuler leur phrase d’intro plus en adéquation : « si Radiohead avait vécu une histoire d’amour avec Mass Hysteria, leur union aurait engendré Devianz… ». Je la trouve ainsi plus proche de la réalité.

www.devianz.net

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Votre avis :