mercredi 11 mai 2016

Interview - Mars Red Sky

C'est avec beaucoup de motivation et plaisir que Mr Caribou et moi-même avons rencontré le trio bordelais lors de son passage au Chabada d'Angers le 31 mars dernier. Ce fut pour nous l'occasion de découvrir un groupe simple, accessible, drôle, peu avare en blagues et en second degré (la première réponse suffira à vous convaincre) que la retranscription permet parfois de mal appréhender. 
Voici, ici, l'occasion d'en apprendre plus sur le groupe stoner psyché qui a le vent en poupe.


Matgaz, Julien et Jimmy (de gauche à droite)



Comment ressentez-vous cet engouement actuel autour du groupe ? (chronique dans les inrocks, couverture de Noise…)


Jimmy (Basse) (NDLR : sur le ton de l'humour): Concernant cette popularité grandissante je trouve qu’on est enfin reconnus à notre grande valeur surtout qu’on fait une musique qui ne se fait pas en France, on est les fers de lance de ce style. On trouve que c’est amplement mérité, j’ai envie de dire : « enfin les mecs se réveillent ! ». Nous on n’est pas surpris parce qu’on savait que ça allait arriver. On a envie de passer à la vitesse supérieure. J’espère que la prochaine fois on ne se verra pas déjà car vous êtes un trop petit média et qu’on aura plus qu’une interview au Chabada. C’est ce que j’avais à dire, merci au revoir !

Matgaz (Batterie) : Honnêtement on le ressent plus par les gens qui nous accompagnent. Je le sens plus par rapport aux proches. Il y a un truc qui est marrant, c’est bizarre sur les réseaux sociaux, dès que tu partages ce truc là (la couverture de Noise) ça explose par contre quand tu postes ton teaser ou ton album tu as nettement moins de vues… Concernant la couverture de Noise j’ai plein de gens que je n’avais pas vu depuis des années qui maintenant m’envoient des textos pour m’en parler…

Jimmy : Quand on a posté le EP sur le bandcamp ça a autant réagi que la couv’ de noise. Moi je trouve remarquable avec le groupe qu’on puisse jouer devant des gens. Là on fait un plateau avec Stoned Jesus, je trouve que c’est bien plus important que d’avoir une chronique dans les Inrocks et clairement ça touche les gens. Une bonne chronique ou la couverture d’un magazine je vais pas le cacher ça fait extrêmement plaisir. Noise c’est un magazine qu’on aime bien, qui parle de bonne musique, mais clairement ce qui nous fait le plus plaisir c’est de jouer avec Stoned Jesus et de jouer dans ce type de salle avec du monde devant et c’est ça qui nous fait plaisir.

Matgaz : Faut que je vous dise quand même que quand je suis allé au bureau de tabac avec mon fils pour acheter Noise et que la vendeuse m’a reconnu… Ok je me suis servi de mon fils… Il a dit : « regarde c’est mon papa ! ». Mais bon c’est vrai que ça n’arrive pas tous les quatre matins.

Julien (Guitare, chant) : C’est gratifiant et surtout pour la famille.

Jimmy : Sans être obsédé par la façon de faire une carrière on fait attention de faire ce dont on a envie. Je crois que le plus important c’est qu’on est dans une niche et qu’on puisse aller jouer à l’étranger, on est en train de monter quelque chose contrairement à des groupes qui se cantonnent à la France.

Combien de dates faîtes-vous par an ?

Jimmy : environ 80-90 dates par an.

Matgaz : Sur cette tournée on est parti pour 5 ou 6 dates en Espagne puis une vingtaine de dates en Europe.



Comment se fait-il que vous ayez sorti un EP juste avant l’album ?

Jimmy : En fait ce qu’il s’est passé c’est que c’est l’album qui s’est trouvé avancé. On a eu une proposition de tournée début mars avec Stoned Jesus et Belzebong. Cette tournée s’est trouvée calée un peu plus tôt que ce que l’on aurait aimé et on aurait été plus à l’aise avec une sortie d’album autour de mi-mars ou fin mars. Il aurait fallu un mois ou deux de respiration en plus. Mais il a fallu que ça aille très vite pour rendre notre copie au label, ça a été hyper tendu mais au final ça s’est bien passé, c’est pour ça que le temps de vie du EP aurait dû être un peu plus long. Quand tu fais une grande tournée en passant par plusieurs pays, plusieurs capitales il faut avoir un album avec nous.
Jimmy : Pour le EP il y a des choses qui ont été enregistrées dans le studio de Julien à Bordeaux et aussi dans un studio à Talence où on va répéter souvent. L’EP et l’album sont rattachés et si tu écoutes attentivement tu verras qu’il y a des boucles de liaison qui sont rattachées, il y a même des choses de l’EP qui ont été enregistrées pendant l’album notamment une guitare de Julien sur le dernier morceau.

Matgaz : Un morceau de l’album est passé sur le EP faute de place sur le support (vinyle). Il est très varié et représente bien l’album.

Jimmy : Mais le EP se retrouve aussi sur l’album en bonus du cd et sur la version vinyle car il est encarté dans les 1000 premiers, que je te conseille d’acheter au merch ce soir !

L’artwork a une place importante notamment depuis le deuxième album

Julien : En fait le premier, la toute première version c’était un logo sur fond beige.

Jimmy : Quand on a décidé de faire le vinyle nous-même, parce que notre label de l’époque pensait que ça ne fonctionnerait pas le vinyle, car c’était une époque où on pensait encore comme ça, c’était l’époque où il y avait encore Myspace ! De façon modeste (!) on pourrait dire que la pochette du premier album c’est le big bang !




Qui fait vos artworks ?

Jimmy :  C’est un copain, un parisien qui s’appelle Carlos Arno, il fait des trucs super bien en ce moment. Il a un nouveau délire, il dessine des têtes de mort sur les visages des affiches dans le métro.  Il nous fait les pochettes depuis le début et on a tout un univers commun par forcement que dans l’infographie mais sur ce qu’il est, ses références, le cinéma, la musique. Ça a vraiment collé entre nous.

Julien : Il avait aussi fait la pochette du tout premier 45t qui n’avait rien à voir mais qui avait déjà le logo qu’il avait d’ailleurs fait sur un coin de table en 30 secondes.

Jimmy : On fait attention aux artworks en général et on bosse avec pas mal de graphistes notamment depuis quelques années, à chaque tournée, on a un nouveau visuel, parfois aussi des sérigraphies et on bosse à chaque fois avec un espagnol qui s’appelle Markel Urrutia dans un studio, le Smoke Signals Studio, il nous fait tous nos visuels depuis 2-3 ans notamment la Raie Manta. Ce qui est drôle c’est qu’ils se nourrissent l’un l’autre, par exemple quand l’un met la Raie Manta sur une affiche l’autre la reprend sur une pochette…






Comment fait-on pour se retrouver sur des festivals aux Etats Unis ?

Jimmy : Le mec qui nous programme à New York fait son premier concert, c’est un blogueur, le plus important de la niche dans laquelle on se trouve, et il a décidé de faire un mini festival à Brooklyn. Ce qui est bien c’est qu’on le connaît, il chronique nos disques, on lui envoie des infos en avant-première, on lui fait parfois écouter des démos avant la sortie sur album. Il fait ce fest avec le cœur, un peu à l’ancienne, une sorte de bricolage moderne !
C’est la deuxième fois qu’on va jouer aux Etats Unis. La première c’était il y a longtemps on avait fait une mini tournée sur la côte ouest et notamment à Austin, bien connu des angevins du fait du partenariat avec le Lévitation. On avait d’ailleurs aussi fait le Lévitation d’Angers.

Vous aviez aussi fait le Hellfest et aviez été filmés !

Jimmy : Oui en effet d’ailleurs je regarde la vidéo tous les soirs pour mon égo, une main dans le caleçon.

Vous avez fait un split avec Year Of No Light il y a quelques années, ce sont des potes de Bordeaux ?

Matgaz : Oui ce sont des copains et on a tourné avec eux l’an passé sur une dizaine de dates.

Julien : On avait fait un morceau commun avec eux, une partie du groupe en fait dont Jérôme, le guitariste, avec qui j’étais au collège. Et sur la face B chacun a mis un morceau, nous à l’époque nous n’avions pas trop de morceaux d’avance juste un qui était issu d’une session. Par contre il y a un truc que j’adore avec ce split, c’est marqué nulle part qu’il faut le faire tourner en 45t, ça m’a fait chier au début mais maintenant j’en suis hyper content. C’est un morceau instrumental et j’espère que les gens se gourent et qu’ils le laissent en 33t et là c’est extrême ! Hyper lent !



Il y a d’autres groupes avec lesquels vous êtes proches ?

Julien : Yeti Lane, ce sont aussi des copains.

Matgaz : On peut dire aussi Stoned Jesus et Belzebong puisqu’on a passé 3 semaines ensemble, ce sont devenus de bons camarades.

Stoned Jesus



D’ailleurs comment s’est organisée cette tournée ?

Matgaz : On a en commun notre tourneur mais c’est notre idée, on avait croisé ces groupes lors de différents festivals. On pensait que c’était intelligent de mélanger les trois groupes qui ont un fil rouge en commun mais aussi un public différent. On peut le dire maintenant mais c’était un succès car les salles étaient plutôt remplies et notre petit pari à bien marché. Normalement le Up In Smoke c’était une tête d’affiche, un médium et un ouvreur, là c’était trois moyens. Tu ne pouvais pas savoir qui jouait en premier et ça forçait les gens à venir à l’heure.

Jimmy


Vous avez fait un atelier avec une école…

Jimmy :  Comme tous les groupes, on essaie d’aller travailler dans une salle avant de partir en tournée et il se trouve que là, à Talence, ils ont fait venir une école de la campagne à qui on a joué des morceaux. Il y a eu un échange, c’est de l’éveil aux musiques actuelles et au rock. Le but de l’atelier concernait aussi les différents acteurs, le sonorisateur, le groupe… Ils étaient aussi beaucoup intéressés par le fait qu’on voyage avec le groupe. C’était chouette comme échange, on leur a joué quelques morceaux à volume sonore différent. On avait déjà fait ça à Lille avec où on avait déjà fait un concert pour enfants avec le volume plus bas mais avec les mêmes morceaux, les mêmes vidéos et ça nous avait bien plu.

Matgaz : C’est chouette et c’est assez rare pour être souligné de pouvoir jouer devant des gamins où on a rien changé à notre musique. Ça convient aussi bien à des enfants de 4 ans qu’à des métaleux. Ça nous rend heureux et eux n’ont pas de retenue, s’ils ont envie de danser ils dansent et ça c’est bien !

Comment créez-vous vos morceaux ?

Jimmy : En général Julien arrive avec un bout de riff et il a souvent un ou deux riffs qui se loopent et ensuite avec Mat on s’occupe des parties rythmiques. Parfois on met des tiroirs et ça développe le morceau. Et il y a des morceaux, notamment au début, que Julien a emmené terminés.

Avez-vous une playlist pour la tournée ou changez-vous chaque soir ?

Jimmy : ça varie un peu, on a un tronc commun, ça permet de faire quelques changements en début ou au ¾ du set. On a aussi essayé de faire des articulations entre les morceaux pendant qu’on s’accorde. On est accordé très bas avec des cordes détendues, Julien a besoin d’un peu de temps pour l’accordage alors on a élaboré quelques scénettes avec Mat entre les morceaux. On a une base de playlist et sur le concert de Rennes on était très content de la façon dont ça s’est passé. Je pense qu’on va le faire plusieurs fois celui-là. Sinon quelques petits changements d’un set à un autre.

Matgaz : C’est quand même assez casse-tête parce que maintenant on commence à avoir du répertoire, chaque morceau est très long et on a envie de représenter nos trois albums, le dernier bien entendu, mais il faut aussi penser qu’il est sorti récemment et que les gens ne l’ont peut-être pas encore écouté.

Jimmy : Et puis il y a aussi un morceau comme Strong Reflection que les gens aiment bien.

Matgaz : Au début on s’était dit qu’on n’allait pas le jouer puis comme les gens le demandent ça fait toujours plaisir. Mais il y a un truc intéressant à dire c’est qu’au début de la tournée on a commencé à couper des morceaux, faire des hybrides.

Jimmy : On a réduit des morceaux, Mind Reader s’est retrouvé être Mind Réduit, Shot in Providence  est devenu Short In Providence. Par contre sur scène on a repris un vieux morceau du premier 45t qui s’appelle Sadaba qu’on n’avait pas joué depuis très longtemps. Il a deux parties c’est très simple, on l’a coupé et on lui a ajouté une partie de Prodigal Son, ça en a fait un hybride et on en est très contents. Le truc c’est qu’on n’est pas sur des concerts d’une heure et demie et du coup il faut faire des choix.

Mat comment tu gères tous tes groupes notamment Daria qui vient de sortir son album et qui tourne actuellement ?

Matgaz : Je n’ai pas pu faire la tournée, elle était en février. J’ai joué sur l’album mais pas sur les tournées. C’est Charlie, un pote de Limoges, qui me remplace, il jouait dans les Bushmen. Comme je savais qu’il avait le jeu pour faire du punkrock mais aussi des parties plus « finaudes ». D’après les échos que j’en ai eu ça se passe très bien.
Mars Red Sky prend la plupart de mon temps avec James Leg aussi. Ça me tient à cœur car j’aime bien la place que j’ai là-dedans. Sur scène on n’est que deux, à la base c’est son truc  solo et je suis là pour servir le bordel. J’aime bien cette place et ça change totalement de Mars Red Sky en terme de jeu de batterie. Ça me fait du bien de voir des gens avec d’autres T-shirt que ceux de Black Sabbath.

Matgaz avec Daria
Matgaz avec James Leg


Vous n’avez pas eu de pression à sortir ce 3ème album ?

Jimmy : Je crois que pour un groupe comme nous si on doit parler de pression c’est sur le deuxième. Là, le troisième marche bien pour l’instant, mieux que le deuxième, ça fait toujours plaisir. Pour les groupes la pression est sur le deuxième surtout quand un premier est réussi. Il y a cette phrase qu’on entend tout le temps : « un groupe peut prendre tout son temps à faire son premier album mais il n’a qu’un an ½ pour faire le deuxième. » Julien en sait quelque chose avec CALC : premier album encensé et difficile de faire quelque chose vite pour le deuxième.
Quand tu fais un album qui est remarqué par la presse ce n’est pas du tout un gage d’avoir un public qui te suit, ça reste du buzz. En France il y a énormément de programmateurs de SMAC qui s’arrachent les groupes dont on commence à parler et les mecs ne font pas forcément du monde en concert car ils ne sont pas forcément prêts et c’est là où ils ratent la marche. On voit plein de ces groupes qui sortent un album et qui disparaissent.
Nous on a eu la chance de le construire à l’étranger, d’être meilleurs sur scène je pense, on avance là-dessus. On est bien plus prêts. Il n’y a pas que nous, si on prend Bordeaux c’est aussi le cas des Magnetix, de JC Satan. C’est vrai que tout le monde te veut d’un coup et puis les gens passent vite à autre chose. C’est l’histoire de la Princesse et la putain. Tu passes vite d’une case à une autre, d’un rôle à l’autre. C’est pour ça qu’il y a un gros turnover spécialement en France. Moi je le sens comme ça. Ça se construit petit à petit. Tu prends les Inrocks il y a toujours plein de nouveaux groupes, d’où le deuxième album est difficile.

Julien : Par exemple MGMT il y a quelques années qui a fait un gros carton, ils sortent un deuxième album, je l’ai réécouté récemment il est hyper bien mais les gens n’ont pas capté.


Jimmy : The DO c’est pareil. ? A la différence c’est que eux sont restés dans le circuit et ils sont toujours la princesse.





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Votre avis :