vendredi 20 avril 2012

Pennywise – all or nothing



Pennywise – all or nothing
Epitaph
7.5/10
Cela va faire maintenant 3 ans que l’emblématique Jim Lindberg a quitté le groupe pour d’obscures raisons et est parti monter Black Pacific une belle copie de Pennywise avec la voix de Pennywise ! Son remplaçant Zoli Téglás, aussi chanteur d’Ignite, a pris le poste pour dépanner au début puis s’est installé durablement jusqu’à cet album. Le risque de Zoli c’est qu’il a une voix très marquée, qui au sein d’Ignite, ne laisse pas indifférent (je citerai Paps, barman mélomane qui le décrit comme « le chanteur à la voix de cathédrale ») et je ne voyais pas ce que cela pouvait donner sur du Pennywise et j’en avais même peur au point de ne pas vouloir regarder les quelques vidéos live qui tournent sur YouTube. Tout d’abord la pochette est volontairement un clin d’œil aux albums mythiques du groupe le premier Pennywise de 1991, qui imposa le son du groupe de Hermosa Beach et Full Circle qui sortit après la mort Jason Matthew Thirsk en 1997et qui est de loin leur pièce maitresse. Nouveau départ et on repart sur la pochette avec le mythique logo cette fois-ci vert sur fond noir. Musicalement on ne va pas chercher trop loin, le groupe fait ce qu’il a toujours fait depuis 24 ans à savoir un punkrock rapide et mélodique appuyé par des choeurs. Le chant de Zoli n’est pas le même que dans Ignite, il chante sans pousser et force est de constater que ça passe. Sur certains morceaux c’est même très efficace « stand strong » est certainement le meilleur titre. Parfois ça marche nettement moins bien « songs of sorrow » par exemple déstabilise au début. J’ai l’impression qu’il a lissé son chant au point de se fondre dans le moule laissé par Lindberg et peut être que j’attendais ce petit grain original qui fait des merveilles dans Ignite. On le perçoit par moments comme sur la fin de « X Generation ». Un album qu’on attendait avec beaucoup de curiosité qui n’est pas décevant mais assez classique et dans la lignée finalement des précédents, il est cependant loin d’arriver à la cheville d’un Full Circle, About Time ou même Land Of The Free ?.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Votre avis :