mardi 19 février 2013

Fights and Fires – we could be all dead tomorrow





Fights and Fires – we could be all dead tomorrow
Blackstar foundation – season of mist
8.5/10
Belle découverte et donc belle surprise que me fait ce groupe anglais de Worcester. Formé en 2008, le quatuor est plutôt du genre productif car il a à son actif un album, un EP, un split et une démo sur Lockjaw Records. Le groupe n’est pas aussi en reste quand il s’agit de tourner puisqu’ils ont fait 15 tours en moins de 5 ans !
C’est dans un très beau digipack que se cache leur deuxième album, une très belle illustration d’un certain Syd, le précédent album proof that ghosts exist  était déjà très réussi. Il est d’ailleurs téléchargeable gratuitement (ou pas si vous voulez leur donner quelques piécettes) sur leur bandcamp. (http://fightsandfires.bandcamp.com/).
Les anglais pratiquent  un punkrock aux relents rock’n’roll bien présents. La basse groove agréablement sur de  nombreux titres et ils ont une capacité à créer des mélodies efficaces de façon assez déconcertante. Le premier titre « chase the blues » annonce de suite la couleur en balançant un mix entre Rise Against de la grande époque, Everytime I Die et aussi The Bronx, je cite ces derniers peut être aussi parce que je les ai constamment dans les oreilles ces derniers temps…
Toujours est il que l’on a droit à un début d’album d’une efficacité sans pareil, j’aime beaucoup le 2ème morceau « back bone », j’apprécie particulièrement les plans guitares et la façon de chanter de Philip Cox. « you don’t always reap… » se veut très punk avec des plans hardcore. Petit à petit le groupe évolue sans que l’on s’en rende vraiment compte, mais d’un punkrock musclé on tend progressivement vers un post hardcore – noise avec des plans mélodiques et aériens bien sentis, « cats lives » ou « small town boy… » en sont deux bons exemples.
Fights & Fires est un jeune groupe certes mais il maîtrise parfaitement son style, mélangeant parfaitement de nombreuses influences tout en gardant pleinement une identité propre. Avec ce potentiel et cette propension à avaler des kilomètres de route on risque de le voir faire une belle carrière, et je croise les doigts pour que ses membres gardent leur coté déconnade et ne se laissent pas happer par des sirènes peu recommandables. we could be all dead tomorrow est en tous cas un des albums les plus percutants de ce début d’année.

3 titres à retenir : Chase the blues ; back bone ; Mothers advice

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Votre avis :